Charpentiers de la Mer du Nord, avis et chronique de jeu

Dans Charpentiers de la Mer du Nord, vous êtes responsable de construire la plus grande flotte viking dans la Mer du Nord. Il faudra utiliser du bois, de la laine, du fer, de l’or et des artisans pour construire les bateaux. Il vous sera aussi possible de recruter des villageois pour vous aider ou nuire aux autres.

Charpentiers de la Mer du Nord
Auteur: Shem Philips;
Illustrateur: Mihajlo Dimitrievski (The Mico);
Éditeur: Garphill Games, Renegade Game Studios;
Distributeur: ÎLO;
Nombre de joueurs: 2 à 5 joueurs;
Durée: 50 à 70 minutes;
À partir de: 12 ans+;
Thématiques : Viking et construction de bateaux;
Mécaniques : Jeu de cartes et de draft, gestion de ressource, take that et placement d’ouvriers.

C’est quoi le but?

Le but de Charpentiers de la Mer du Nord est d’être le joueur avec le plus de points de victoire à la fin de la partie. Les points peuvent être gagnés par la construction de bateaux et de bâtiments. Il est aussi possible d’avoir des points bonus pour la force militaire de la flotte.

Comment on joue?

Chaque manche de jeu est divisée en trois parties de la journée : matin, après-midi et soir.

La phase du matin est la phase de planification. C’est durant cette phase que les joueurs vont acquérir les cartes qu’ils pourront utiliser à la phase suivante. Le 1er joueur va piger autant de cartes que le nombre de joueurs + 1. Il va en choisir une et va passer le paquet au prochain joueur qui va en choisir une aussi et passer le paquet au prochain et ainsi de suite. Le dernier joueur va recevoir 2 cartes, il en choisira une et défaussera l’autre. Le 1er joueur va répéter l’opération 2 autres fois et chaque joueur aura au final une main de 3 cartes.

Durant la phase de l’après-midi, chaque joueur pourra faire son tour en entier et faire toutes les actions qu’il souhaite. À la fin de son tour, le joueur aura joué et/ou défaussé toutes ses cartes. Il y a 7 actions différentes qui peuvent être réalisées sans limites.Acheter des ressources : Les joueurs doivent dépenser 2 Ors et 2 ouvriers pour acheter une ressource de leur choix. La quantité de la ressource choisie que le joueur recevra est déterminée par le dos de la carte sur le dessus de la pioche.

Acheter un outil : Si le joueur a une carte outil dans sa main, il peut l’acheter avec de l’Or, sinon il doit défausser la carte. Les outils permettent de réduire le coût en ressource des bateaux ou d’acquérir plus de ressources. Les joueurs sont limités à un seul outil à la fois.

Recruter un Artisan : Les Artisans sont nécessaires pour la construction des bateaux. Chaque type de bateau requiert des Artisans spécifiques. Les joueurs peuvent avoir jusqu’à 4 Artisans de placés sous leurs plateaux. Les Artisans ne peuvent qu’être retirés par la construction de bateau ou par des villageois. 

Faire appel aux Villageois : Les Villageois seront utiles pour aider le joueur actif et/ou nuire aux autres joueurs. En voici quelques exemples :
-Assassin : Il permet de défausser un Artisan de son plateau et/ou celui d’un autre jouer;
-Pionnier : Il permet de devenir le 1er joueur pour la prochaine journée (manche);
-Voleur : Il permet de voler une ressource dans le moulin d’un autre joueur;
-Roi : Il permet de recevoir 5 Ors.

Débuter la construction d’un bateau : Sur le plateau des joueurs, il y a 2 ateliers qui permettent la construction de bateau. Si un joueur souhaite commencer la construction d’un bateau qu’il a en main, il n’a qu’à le placer dans un atelier vide.

Terminer la construction d’un bateau : Le joueur doit dépenser toutes les ressources, l’or et les ouvriers inscrits sur le bateau dans un de ses ateliers. Le joueur doit aussi défausser les Artisans nécessaires. Lorsque cela est fait, le bateau peut être placé en haut du plateau (dans la mer). Les bateaux permettent de gagner des points de victoires, de modifier les gains en or et d’ouvriers ainsi que la capacité du moulin durant la phase du soir.

Construire un bâtiment : Le joueur doit dépenser l’or et les ouvriers nécessaires pour construire des bâtiments qui rapportent des points de victoire.

Si le joueur n’a pas les ressources nécessaires ou ne veut pas jouer une carte, il doit la défausser. Quand tous les joueurs ont fait leur tour, c’est la fin de la phase de l’après-midi.

Durant la phase du soir, les joueurs vont collecter de l’or en fonction du nombre d’ouvriers qu’ils ont et de certains types de bateaux construits. Ensuite, ils recevront au moins un ouvrier (et peut-être plus selon les bateaux construits). Puis, les joueurs vérifieront si la capacité de leur village et de leur moulin permet d’avoir les ressources et les ouvriers qu’ils ont sur leurs plateaux. Le surplus sera remis dans la réserve. Finalement, le marqueur de premier joueur sera passé au prochain joueur et une nouvelle manche débute.

C’est tout?

La 2e édition de Charpentiers de la Mer du Nord vient avec une mini-extension qui ajoute la Place des Villageois qui ajoute des actions supplémentaires que les joueurs peuvent se disputer pour y avoir accès, car lorsqu’une action est prise par l’un des joueurs, elle peut demeurer bloquée pendant un certain temps. 

OK, et le jeu se termine quand?

La partie prend fin quand un ou plusieurs joueurs possèdent 4 bateaux ou plus à la phase du soir. Les points seront comptés en additionnant les points provenant des bateaux, des bâtiments et du bonus militaire. Ce dernier est acquis par le/les joueurs qui ont le plus de points militaires provenant de leurs bateaux. Le joueur ayant le plus de points de victoire remporte la partie!

Ce que j’en pense?

Pour commencer, j’adore le format de la boîte de jeu. Elle n’est pas trop grosse et se range facilement. Elle n’est pas encombrante lorsqu’on veut transporter plusieurs jeux ensemble. Le rangement de la boite est assez simpliste, mais efficace. Il y a un espace pour les cartes et le reste du matériel entre bien dans le second espace.

J’aime beaucoup la couverture de la boite que je trouve invitante et le reste des illustrations sur les cartes et les plateaux de joueurs. Je sais, pour avoir lu plusieurs opinions, que ce n’est pas tout le monde qui aime le style artistique de The Mico. L’illustrateur a un style bien à lui et je trouve que cela donne aux jeux des séries de la Mer du Nord et du Royaume de l’Ouest un aspect unique et facilement reconnaissable.

Le matériel est de bonne qualité. Les plateaux des joueurs sont en carton épais et même les aides de jeu! Souvent les aides de jeu sont des cartes. Les aides de jeux nous permettent de voir les points, les Artisans et les autres bonus associés à chaque type de bateau du jeu. Il manquerait peut-être juste le nombre d’exemplaires de chacun des types de bateaux. Les jetons des différentes ressources sont en bois et représentent bien ce qu’elles sont : le bois ressemble à une branche, etc. Les ouvriers ressemblent à des Vikings avec des petites cornes sur leurs têtes. Les cartes Artisans indiquent aussi les bateaux auxquels ils sont nécessaires, ce qui peut servir de 2e rappel pour savoir qui embaucher pour les bateaux que l’on veut construire. Le marqueur de 1er joueur est à assembler (3 pièces de carton) et est sympathique visuellement

Le livre des règles est clair et fournit des exemples à des endroits appropriés. Les éléments les plus importants sont écrits en bleu pour être certains qu’ils ne sont pas oubliés. Le livre des règles contient des précisions pour chaque type de villageois dans le jeu au cas où la description sur les cartes ne serait pas suffisante. Il en va de même pour les bâtiments. Pour ma part, je trouve que les cartes sont assez claires quant à leurs effets et on n’a que rarement besoin de retourner dans le livre des règles pour des précisions. Il n’y aurait que l’extension de la Place des Villageois dont l’iconographie ne serait peut-être pas intuitive pour tout le monde. Heureusement, les règles de l’extension sont sur une feuille à part qui peut être gardée à proximité.

Charpentiers de la Mer du Nord requiert un peu de stratégie et d’être capable de gérer ses ressources. Car autant pour l’Or, les ressources et les ouvriers, on est limité à une quantité maximale que l’on peut posséder. Et selon la disponibilité des ressources pour l’achat (qui est déterminée au hasard), cela peut présenter un petit défi d’avoir tout ce dont on a besoin pour nos bateaux. Cet aspect du jeu ne le rend pas plus compliqué, mais demande un peu de réflexion, ce qui peut faire en sorte que le jeu ne soit pas accessible à des joueurs débutants. Mais il demeure accessible pour une grande partie des gens qui ont déjà quelques jeux derrière la cravate. Il peut être une bonne porte d’entrée vers des jeux un peu plus complexes. 

La mécanique principale est le draft de cartes. Les actions qu’un joueur pourra faire à son tour seront grandement déterminées par sa main. Le premier joueur de la manche peut choisir les cartes qu’il souhaite parmi toutes celles qu’il pige en début de la phase du matin, tandis que le dernier joueur choisira parmi les dernières cartes qu’aucun autre joueur ne voulait. Le côté négatif de ce principe est que parfois le dernier joueur n’aura peut-être aucune carte intéressante et lors de son tour, il sera très limité dans les actions qu’il pourra faire voire aucune action possible. Heureusement, le 1er joueur change à chaque manche. La carte Villageois du Pionnier permet aussi de devenir (ou de rester) 1er joueur à la prochaine manche, ce qui peut être intéressant si on attend une carte en particulier. Si on est 1er joueur, on a plus de chance d’avoir une carte intéressante. Dans une partie à 2 joueurs, il n’y a que 9 cartes qui sont pigées pour la draft lors d’une manche (comparée à 18 lors d’une partie à 5 joueurs), ce qui peut amener à plusieurs tours sans actions intéressantes pour chacun des joueurs. Les Villageois “Chef” et “Sage” peuvent pallier légèrement cet inconvénient. Une partie à plusieurs joueurs sera plus intéressante qu’à moins de joueurs.

Un aspect intéressant du jeu Charpentiers de la Mer du Nord est les cartes Villageois qui augmentent les interactions entre joueurs. Ces cartes permettent entre autres d’aller voler des ressources aux autres joueurs ou bien de tout simplement leur enlever un Artisan ou un bateau en construction (particulièrement satisfaisant surtout quand tu voulais aussi la carte que l’autre joueur a eu l’opportunité de piger avant toi!). Cela augmente la compétitivité et l’ambiance de jeu.

La disponibilité des ressources qui change à chaque manche amène aussi son petit défi. Parfois, tu pourras obtenir 3 fois la ressource souhaitée, et à un autre moment, un seul exemplaire (sauf si tu es prêt à payer 2 fois plus cher, d’où la stratégie de gestion de ressources).  

La plupart des bateaux disponibles sont des militaires. Les joueurs se feront la compétition pour obtenir les 3 points bonus pour la plus haute valeur militaire de la flotte. Il existe quelques bateaux non militaires qui, à l’exception d’un type, ne valent pas beaucoup de points. Pour les rentabiliser, il faut construire le bâtiment “Hangar à bateaux” (il faut être chanceux pour l’avoir, il n’y a que 2 exemplaires sur 128 cartes). Si un joueur remarque que vous vous concentrez sur les bateaux non militaires, il pourrait choisir de garder la carte du Hangar à bateaux et de seulement la défausser à son tour, ce qui peut ruiner vos chances d’avoir beaucoup de points. 

L’extension de la Place des villageois apporte des actions très intéressantes pour faciliter nos tours et selon moi, l’extension est essentielle pour le fonctionnement de la partie. Elle n’est pas compliquée et peut être intégrée dès la première partie.

Au niveau de la thématique, on la sent bien présente. On amasse des ressources pour construire des bateaux vikings. Les cartes villageois et artisans sont toutes illustrées à l’image des Vikings. Il n’y a aucun aspect du jeu qui ne semble pas se rattacher à la thématique viking.

Bref, si vous aimez les jeux de draft de cartes, bien illustrées, présente thématiquement et que vous voulez gérer un peu de ressource, Charpentiers de la Mer du Nord est un jeu qui marie bien tous ces aspects et apporte un petit défi pour les joueurs voulant commencer à essayer des jeux légèrement plus complexes.

On aime :
Les illustrations de la boite et du jeu qui sont magnifiques;
Les règles du jeu bien expliquées avec des précisions pour certaines cartes;
Le matériel de bonne qualité (en carton épais ou en bois) et minimaliste qui se range facilement dans la boîte;
La mise en place très rapide;
L’ambiance de jeu lorsqu’on réussit à faire des coups contre nos adversaires;
Jeu accessible à tous;
Les interactions entre joueurs grâce aux cartes Villageois;
La thématique viking bien présente;
Une mécanique de jeu simple;
Les parties fluides et peu d’attente entre les tours (avec un nombre limité d’actions à faire, une partie en 60 min est tout à fait possible).

On aime moins :
Le hasard dans la sélection de cartes, les derniers joueurs de chaque manche peuvent ne pouvoir rien faire pendant leur tour;
Un erratum important non présent sur ou dans la boîte informe qu’une seule action par joueur par après-midi peut être jouée pour la mini-extension de la Place des Villageois.

On aurait aimé:
Une carte Villageois qui permet d’aller voler un Artisan à un autre joueur;
Le nombre d’exemplaires de chaque bateau d’inscrit sur l’aide de jeu;
Plus de cartes bâtiments.

Il est à noter que si :
Certaines stratégies sont peu payantes à moins d’être très chanceux
C’est un jeu répétitif dans les actions
La pige de cartes peut être périlleuse jusqu’à ce que les joueurs connaissent bien les cartes.

9/10

Merci à notre partenaire Îlo307 de nous avoir offert
une copie du jeu pour cette chronique.

Nous vous invitons à découvrir d’autres jeux d’Îlo307
en lisant notre chronique sur le jeu Glory – Un jeu de Chevaliers

2 Commentaires sur “Charpentiers de la Mer du Nord, avis et chronique de jeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.