Gorinto, avis et chronique de jeu

Au Japon, un gorintō est un sanctuaire commémoratif qui lie les cinq éléments par sa construction, c’est-à-dire l’eau, le feu, la terre, l’air et le vide. C’est une immersion dans cet univers que nous offre le jeu Gorinto. Préparez-vous à vivre une quête de la sagesse grâce à la connaissance de chacun des éléments, le tout agrémenté d’une agréable compétition.

Gorinto
Auteur: Richard Yaner;
Illustrateur: Josh Cappel;
Éditeur: Super Meeple;
Distributeur: ÎLO;
Nombre de joueurs: 1 à 4 joueurs;
Durée: 30 minutes;
À partir de: 14+;
Thématiques : Les cinq éléments japonais;
Mécaniques : Placement de tuiles, collection et reconnaissance de motifs.

C’est quoi le but?

Dans Gorinto, le but est de collecter des tuiles “Élément” de manière à construire son propre monument et d’être le joueur qui accumule le plus de points de sagesse en fonction des objectifs et des éléments-clés.

Les cartes Gorinto individuelles

Comment on joue?

Après une mise en place qui exige de remplir les vingt-cinq cases “Montagne” du plateau de jeu avec des tuiles “Élément” en respectant le “Diagramme des sommets”, il faut placer dix tuiles de manière à tracer le “Chemin”. Puis, il faut piger deux cartes “Objectif” ainsi que deux cartes “Élément-clé”. Une fois cela fait, il ne reste qu’à placer le marqueur de saison sur la première case, choisir une couleur pour chaque joueur et placer le marqueur de sagesse de chacun sur la piste de sagesse.

Lors d’un tour de jeu, il faut choisir une tuile sur le “Chemin” et la placer sur la ligne ou la colonne correspondante dans la “Montagne”. Sa couleur déterminera selon quel motif il sera possible de récolter des tuiles. Notre “connaissance” de l’élément (c’est-à-dire combien de tuiles nous avons déjà en réserve dans notre gorintō personnel +1) dictera la quantité de tuiles que nous pouvons prendre.
Les tuiles représentant le vide (les mauves) permettent de récolter des tuiles diagonalement adjacentes;
Les tuiles de l’air (les grises) permettent de récolter des tuiles orthogonalement adjacentes;
Les tuiles de feu (les oranges) permettent d’en récolter dans la colonne (verticale);
Les tuiles d’eau (les turquoises) permettent la récolte dans la rangée (horizontale);
Les tuiles de terre (les brunes) permettent de creuser et donc de récolter les tuiles placées sous celle qui vient d’être posée.

Gros plan du livret de règles

Le jeu se poursuit jusqu’à ce qu’il reste moins de tuiles sur le “Chemin” que de joueurs. Cela met fin à la saison et les points de sagesse sont calculés à partir des cartes objectifs et inscrits sur le plateau de sagesse.

Une fois cela effectué, il faut avancer le marqueur de saisons d’une case, recommencer la mise en place des tuiles et du chemin, passer le marqueur de premier joueur à celui dont le score est le moins élevé et relancer les tours de jeux jusqu’à ce que la dernière saison, l’hiver, soit complétée.

OK, et le jeu se termine quand?

Dans Gorinto, lorsque la dernière saison est complétée et que les objectifs ont été scorés, la partie se termine. Un dernier décompte considérant les cartes “élément-clé” doit être fait de manière à ajouter deux point à chaque joueur pour chaque tuile qu’il possède dans son gorintō personnel qui correspond aux éléments mis de l’avant. Celui qui aura le plus de points remporte la partie!

Un gorintō personnel en cours de construction. Photo de l’éditeur.

C’est tout?

Gorinto est un jeu qui semble avoir été conçu en ayant en tête une infinité de variantes. Des adaptations sont prévues pour les parties à deux joueurs et un mode complètement autonome, le “Kitsune”, est prévu pour les parties en solo. Ce dernier prévoit un mode normal et un mode expert.

Photo de l’éditeur, Extension Dragons

Aussi, les règles proposent des variantes permettant de corser le jeu de différentes manières:
Le “Changement de saison” permet de modifier à chaque saison les objectifs qui permettent de récolter des points de sagesse;
Le “Mode partenaire” permet de jouer en équipe;
“L’ordre du tour compassion” permet de rendre plus équitable les tours de jeux lors des parties à 3 et 4 joueurs;
Des paysages alternatifs sont aussi suggérés pour que la mise en place des tuiles propose davantage de défis.
De plus, deux extensions existent. L’extension du Dragon qui permet d’intégrer des tuiles “Joker” et une seconde extension permet d’intégrer un 5e joueur.

Mise en place à deux joueurs

Ce que j’en pense?

Je dois dire que ce jeu est une très belle surprise! J’ai eu vraiment beaucoup de plaisir à y jouer et je sais qu’il va se retrouver souvent sur la table. Et j’ai eu une bonne leçon: il ne faut jamais se fier à la première impression!

Lorsque j’ai eu la boite de Gorinto entre les mains, j’ai cru que j’allais me lancer dans une aventure de science-fiction ou du moins intégrer un univers futuriste. Les différentes teintes de gris, le jaune et l’orangé donnaient une impression d’opposition qui me menait aussi à envisager un jeu de guerre. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai ouvert la boite et que j’ai découvert de quoi il retournait! Je m’attaquais à un jeu dont la thématique était vraiment douce, presque zen. L’immersion dans l’univers des monuments commémoratifs japonais et la quête de sagesse m’interpellait, mais me laissait perplexe à cause des attentes que l’esthétique de la boîte avait créées.

La plateau de sagesse sur lequel on retrouve les cases Saison de même que les cases pour les cartes Élément-clé et les cartes Objectif en jeu.

En regardant mieux, j’ai compris qu’un gorintō était représenté en clair-obscur et que la section orange et jaune présente des fleurs, mais il était trop tard. Les couleurs avaient capturé mon attention et m’avaient guidé vers une mauvaise impression. Comme j’ai tendance à me remettre en question, j’ai questionné des joueurs de mon entourage et leur impression collait à la mienne. Les plateaux sont aussi assez sombres et cela me semble certes cohérent avec la présentation de la boite, mais un peu en contradiction avec le thème.

Photo de l’éditeur. La “Montagne” et le “Chemin”


Le matériel de qualité de Gorinto m’a toutefois ramené vers le droit chemin. J’ai été très rapidement convaincue par le design des tuiles qui s’emboitent à merveille. Il est vraiment agréable de manipuler des tuiles qui doivent être empilées et qui forment des piles solides. La stabilité est vraiment au-delà de mes attentes. De plus, les couleurs de chaque variété de tuiles sont douces et contrastées et un symbole distinct permet de les identifier vraiment facilement. Bon, la tannante en moi aurait aimé un insert thermoformé pour ranger tout ce beau matériel, mais bon, le sac pour les tuiles semble suffisamment robuste pour survivre à de nombreuses manipulations. Il ne faut juste pas être une toquée qui vérifie son matériel à chaque début et fin de partie…

Toutes les tuiles Élément


J’ai bien aimé que les règles soient simple à comprendre et à mettre en application. Pas besoin de se casser la tête pour être en mesure de se lancer dans Gorinto. Toutefois, ce n’est parce que c’est simple que c’est facile! On peut s’attaquer à ce jeu en toute naïveté et jouer au gré de l’inspiration du moment, mais les plus féroces d’entre-nous y trouveront un jeu où la stratégie est omniprésente. On peut tenter de planifier et prévoir les tours de nos adversaires, s’organiser des plans A, B et C et se voir contrecarré par un coup imprévu!

Maintenant, il faut se méfier des joueurs qui pensent pendant un temps infini… et Gorinto ouvre malheureusement la porte à d’importants délais chez ces derniers. J’aurais d’ailleurs apprécié un petit sablier pour ramener à l’ordre les délinquants. Le temps à prévoir pour une partie est toutefois très raisonnable et il est possible d’enchaîner les parties. À deux joueurs, l’envie de la revanche est souvent un bon motif pour relancer la machine!

Exemples de cartes Objectif


Comme les objectifs sont affichés en tout temps dans Gorinto et qu’ils perdurent tout au long de la partie, les amateurs de planification sur le long cours sont servis. Et pas de cachette non plus, toute l’information est là en tout temps, car les gorintōs de chaque joueur sont visibles.

Dans tout le jeu, la seule information que je n’ai pas trouvée claire, c’est le compteur de saison. J’aurais vraiment aimé que soit le visuel soit évident OU que chaque saison soit nommée en français. Sans le livret de règles, j’aurais été bien en peine de comprendre à que il sert alors que tout le reste est identifiable sans difficulté grâce aux images.

Le facteur chance n’est vraiment pas au coeur de ce jeu magnifique, si ce n’est que la composition de la “Montagne” et du “Chemin” sont aléatoires. Chacun a donc une réelle chance de gagner en fonction de la qualité de ses choix. Les stratégies sont variées, car on peut jouer “pour soi” ou jouer “contre les autres” (ce qui est toutefois moins fréquent). On a ici affaire à un jeu dont les interactions sont limitées et c’est parfait comme ça! D’ailleurs, une partie à quatre joueurs présente un défi nettement plus grand pour celui qui planifie ses coups.

Plateau de sagesse affichant les cartes Élément-clé et les cartes Objectifs en jeu. Photo de l’éditeur.

Parlant de nombre de joueurs, je me dois de souligner le superbe travail de création pour le mode solo. Un co-auteur s’est joint au travail de Richard Yaner, David Turczi pour nous offrir un mode de jeu abouti et vraiment plein de défis. Le Kitsune (renard en japonais) est un personnage esthétiquement sympathique qui incarnera notre adversaire. Du matériel spécifique est ajouté à la version de base afin de permettre le fonctionnement de la mécanique adaptée.

Que les choses soient claires, même si le Kitsune est mignon, c’est un adversaire féroce. Je dois avouer ne pas encore avoir réussi à le battre en mode normal alors chapeau à ceux qui relèvent le défi du mode solo expert!

Matériel pour le mode solo

J’ai beaucoup apprécié que l’auteur de Gorinto aient prévu une adaptation pour les parties à deux joueurs. Le retrait de tuiles du “Chemin” en cours de partie ajoute vraiment une touche pimentée qui risque de déstabiliser. De plus, il a prévu un mode aléatoire qui utilise une partie du matériel prévu pour les parties en solo, c’est-à-dire les tuiles Terrier, pour ceux qui ne désirent pas porter l’odieux de la décision pour les retraits.

D’ailleurs, lors d’une partie de Gortinto, l’ambiance est généralement conviviale. Puisque les joueurs jouent essentiellement dans le but de tirer le meilleur de ce qui est sur la table, les confrontations sont très limitées. C’est donc un jeu accessible qui ne risque pas d’effrayer des joueurs moins expérimentés. De plus, après quelques parties, il est possible de corser le tout grâce aux nombreuses variations proposées alors on peut dire que Gorinto évolue en même temps que ses joueurs.

Bref, si vous aimez les jeux à la thématique douce, simple à prendre en main et corsés à maîtriser alors Gorinto est pour vous!

On aime :
– Les règles du jeu simples et efficaces;
– Le matériel élégant et d’une grande qualité (particulièrement les tuiles empilables);
– La re jouabilité presque infinie grâce aux nombreuses variantes proposées;
– L’ambiance conviviale lors des parties;
– Le fait qu’il s’agit d’un jeu accessible à tous qui s’adapte au fil des expériences;
– L’interaction indirecte moyenne qui permet d’être dans sa bulle;
– La thématique douce et agréable;
– La mécanique simple, mais pleine de défis;

– Un bon jeu de réflexion, d’anticipation et calculatoire (il faut bien optimiser ses points et ne pas hésiter à nuire aux autres joueurs);
– Un jeu fluide qui se joue bien, il offre une belle profondeur sans être très fluide (le rythme de la partie est dicté par les joueurs et il est rapide à prendre en main).

On aime moins :
– Les couleurs choisies pour la boîtes qui donnent une mauvaise impression de la thématique;
– La place que peut prendre les réflexions interminables lors d’une partie;
– L’identification du compteur de saisons qui n’est pas suffisamment claire.


On aurait aimé:
– Un insert thermoformé;

– Un sablier pour limiter le temps de réflexion permis.


8.5/10

Merci à notre partenaire ÎLO de nous avoir offert
une copie du jeu pour cette chronique.

Nous vous invitons à découvrir d’autres jeux de Super Meeple distribué par Îlo307
en lisant notre chronique sur le jeu New York Zoo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.