Free Radicals, avis et chronique de jeu

Plusieurs années après l’arrivée d’objets mystérieux dans le ciel appelés “Free Radicals“, la Terre est devenue une utopie. Plusieurs avancées ont pu être achevées grâce aux données transmises par ces objets. L’un d’eux, la Sphère, est prêt à dévoiler ses secrets. Laquelle des 10 factions asymétriques saura comprendre ces mystères?

Free Radicals
Auteur: Nathan Woll;
Illustrateur: Tomasz Chistowski;
Éditeur: WizKids;
Distributeur: WizKids;
Nombre de joueurs: 2 à 5 joueurs;
Durée: 90 minutes;
À partir de: 14+;
Thématiques: Science-fiction et technologie (style Cyberpunk);
Mécaniques: Jeu de placements de tuiles (dominos et polyominos), de gestion de ressources, de gestion de cartes, de points d’action, d’exploration, de ramassage et livraison, de planification et de mécanique “mancala”.

Photo de l’éditeur

C’est quoi le but?

Dans Free Radicals, le but est d’accumuler le plus de points de victoire en accomplissant les objectifs de sa faction, en avançant sur la piste de Connaissance et en accumulant des cubes de faveur.

Photo de l’éditeur

Comment on joue?

Bien qu’il y ait quelques règles qui soient communes à toutes les factions, Free Radicals va se jouer très différemment selon la faction qu’on aura choisie puisqu’elles ont toutes des mécaniques de jeux différentes. À son tour, le joueur doit réaliser la série d’actions qui sera inscrite sur son plateau de joueur. La première action sera la même pour toutes les factions, c’est-à-dire de marquer 1 point si on possède le jeton de prestige. Voici un résumé des mécaniques des 10 factions :

Les Fermiers : Ils utilisent le placement de tuiles de type dominos qui représentent des plantations. Plus un groupe de même type de plantation sera grand, meilleure sera l’action qu’il confère. Bien placer les tuiles sera le défi de cette faction;

Les Exécutifs : Ils utilisent une mécanique de type “mancala”. Les joueurs prennent les jetons d’un espace et vont les déposer un par un dans les espaces suivants en faisant le tour de son plateau de joueur. Réussir à avoir les bons jetons aux bons endroits va demander de la planification aux joueurs;

Les Paladins : Les joueurs utilisant cette faction doivent choisir leurs actions pour 2 tours à la fois. Lors du tour #1, les joueurs placent leurs jetons sur les actions qu’ils désirent faire et au tour #2, ils enlèvent les jetons et réactivent les mêmes actions. Cette faction demande aussi beaucoup de planification;

Les Aventuriers : Cette faction repose sur le déplacement de personnages sur une carte composée de tuiles faces cachées. Les personnages révèleront ces tuiles au fur et à mesure qu’ils exploreront la carte. Chaque action coûte un nombre de points d’action qui seront limités à chaque tour du joueur;

Les Clandestins : Chaque tour, le joueur pige des cartes qui lui indiqueront quels personnages il pourra activer. Chaque personnage a 3 niveaux d’action qui pourront être débloqués au courant de la partie. Ce sera au joueur de décider s’il débloque les niveaux supérieurs de quelques personnages ou s’il répartit les améliorations également à tous ses personnages;

(Photo de l’éditeur)

Les Artisans : Ils utilisent leurs 5 outils sur le plateau de joueur avec les cartes de données. La gestion de ces cartes sera le défi du joueur de cette faction, car il lui faudra en accumuler beaucoup pour augmenter les possibilités d’actions à chaque tour. Il devra aussi choisir la meilleure façon d’utiliser les cartes puisqu’elles ont plusieurs utilités;

Les Coursiers : Cette faction devra remplir des contrats de livraisons de marchandises dans la ville représentée sur le plateau de joueur en utilisant des drones. Il faudra optimiser les déplacements pour remplir le plus de contrats possible;

Les Artistes : En plus d’essayer de prédire qui aura le jeton de Prestige pour des bonus, cette faction fonctionne avec des cartes personnages qui ont chacun leurs actions. Le personnage non choisi de la main sera placé sur une scène dans l’espoir de procurer un autre bonus si les autres artistes présents sont de la même agence;

Les Hôteliers : Leur stratégie repose sur le placement de polyominos représentants des chambres d’hôtel. Lorsqu’un hôtel est complètement rempli, il pourra procurer un bonus. C’est une faction qui peut être appréciée des joueurs aimant les puzzles;

Les Marchands : La gestion de ressource est importante pour cette faction puisque les Marchands gagneront et dépenseront beaucoup de ressources. Ils doivent activer un marché par tour et décider des étals qui seront utilisés.

Cartes utilisées par certaines factions (Photo de l’éditeur)

Bien que les manières de pouvoir les activer sont différentes d’une faction à l’autre, certaines actions sont communes à toutes les factions :

Éveiller un bâtiment : Il faut jouer une carte de données ayant la couleur de notre faction et payer les ressources indiquées pour éveiller un bâtiment. Puis, on peut en retirer une récompense;

Visiter un bâtiment : Une fois éveillé, un bâtiment peut être visité par n’importe quel joueur. Ceux qui l’ont éveillé recevront un bonus. En plus de leur action principale, chaque bâtiment contient une action spéciale qui peut être utilisée que par une faction spécifique;

Piste de Connaissance : N’importe quel joueur peut avancer n’importe quelle faction sur la piste de Connaissance en payant le coût requis. Si un joueur permet à une autre faction que la sienne de passer à un niveau supérieur, il recevra une récompense en plus des points qui sont normalement gagnés en effectuant cette action.

Cartes de données (Photo de l’éditeur)

OK, et le jeu se termine quand?

Une partie de Free Radicals se termine au bout de 12 manches après lesquelles les points seront comptabilisés. Le joueur ayant le plus de points de victoire remporte la partie!

Fin de partie (Photo de Meeple QC)

Ce que j’en pense?

Pour commencer, je trouve que le look de la boîte est superbe. Je trouve que l’aspect visuel attire rapidement le regard et les couleurs nous rappellent tout de suite une thématique cyberpunk. Le rangement de la boîte se fait assez bien. Il est pratique de ranger le matériel de chaque faction dans des petits sacs séparés pour éviter de devoir tout sortir, car ce ne sont pas toutes les factions qui peuvent être utilisées au cours d’une partie.

Les illustrations du jeu sont magnifiques et très colorées. On ressent très bien la thématique de science-fiction axée sur la technologie. À peu près toutes les images, les personnages et les bâtiments ont un aspect futuriste et représentent bien leur faction. Quoique le jeu repose beaucoup sur les couleurs, chacune de celle-ci est représentée par une forme géométrique aux endroits nécessaires pour que les personnes ayant des déficiences visuelles puissent les reconnaître. L’iconographie est relativement simple à comprendre et il y a un rappel des symboles à l’endo du livre de règles.

Concernant les règles du jeu, ces dernières sont regroupées dans un livret pour les règles générales et communes ainsi que sur des feuilles séparées pour chacune des factions. Cela permet à chaque joueur d’avoir les règles qui lui sont propres à porter de main sans devoir toujours se passer un livre de règles. Toutes les mécaniques de jeu sont très bien expliquées et il y a beaucoup d’exemples pour en assurer une bonne compréhension. Quoique l’iconographie soit expliquée à l’endo du livre de règles, toutes les cases et les actions possibles du jeu sont expliquées en détail. Par exemple, sur le plateau du marchand, il y a 40 cases d’actions illustrées seulement par des icônes et il y a tout de même un tableau sur sa feuille de règle qui explique chacune des actions.

Exemples de plateau de joueur (Photo de l’éditeur)

Le matériel de Free Radicals est de très bonne qualité. Tous les jetons sont soit en plastique soit en carton épais. Les ressources sont des prismes hexagonaux, ce que j’ai trouvé peu commun. Chaque faction a son propre matériel unique. La mise en place du jeu va se faire relativement rapidement mais va un peu varier selon les factions qui seront jouées. Par exemple, elle sera super rapide pour les artisans qui n’ont aucun matériel supplémentaire. Elle sera un peu plus longue pour les hôteliers si on souhaite séparer et trier chaque polyomino selon sa forme.

Piste de Connaissance et jetons ressources (Photo de Meeple QC)

Pour ce qui est des mécaniques du jeu, elles sont très variées. Aucune n’est vraiment difficile à comprendre, mais la difficulté sera dans la maîtrise des différentes factions. Je crois même qu’un joueur de 12 ans peut bien apprendre à jouer à Free Radicals. Certaines factions seront faciles à jouer et à maîtriser et d’autres vont demander plus de réflextion, de planification et de stratégie. Certaines factions ont des cartes qui détermineront les actions possibles au prochain tour et le joueur devra trouver la meilleure manière d’en profiter. Pour d’autres factions, tout dépendra des décisions du joueur. Par contre, comme certaines factions sont plus faciles à maîtriser, il peut être plus facile de gagner une partie en les jouant.

Exemples de jetons (Photo de l’éditeur)

Personnellement, j’aime bien le côté asymétrique de Free Radicals. On peut ne pas aimer une faction et en adorer une autre. Cela nous permet de rejouer plusieurs parties en adoptant des stratégies complètement différentes. De plus, avec une même faction, il est possible de jouer différemment. Le fait qu’il y ait 10 mécaniques de jeu différentes peut également intéresser plusieurs types de joueurs. Un joueur qui aime les polyominos pourra jouer avec quelqu’un qui aime les jeux d’exploration sans avoir à jouer de la même façon que l’autre.

L’ambiance de jeu est présente lorsque plusieurs joueurs convoitent un même objectif. Cela peut être d’avancer sur la piste de Connaissance ou d’éveiller un bâtiment. On peut sentir la compétition. En cours de partie, on peut être tenté d’aller visiter un bâtiment, mais décider de ne pas le faire car cela pourrait donner un bonus aux adversaires. Une partie sera plus intéressante à partir de 3 joueurs, car sinon plusieurs bâtiments ne seront pas éveillés et cela peut potentiellement nuire à la faction d’un joueur qui est liée à un bâtiment qui ne sera pas éveillé au cours de la partie. S’il y a plus de joueurs, plus de bâtiments seront éveillés et les échanges de cubes de faveurs seront plus intéressants que de seulement en prendre dans la réserve. Mais par contre, Free Radicals n’aura pas vraiment plus d’interaction que cela entre joueurs puisque chacun fait la grande majorité de ses actions sur son plateau et que très peu d’actions vont influencer les autres joueurs.

Bref, si vous aimez les jeux ayant des mécaniques très variées avec une thématique cyberpunk immersive, Free Radicals saura vous plaire.

On aime :
– Le look de la boîte et les illustrations qui sont très colorées;
– Les règles du jeu qui sont bien expliquées et les feuilles séparées pour chaque faction;
– Le matériel qui est de très bonne qualité;
– La re-jouabilité qui est bonne, car on peut essayer chaque faction;
– L’ambiance de compétition présente;
– Le fait qu’il s’agit d’un jeu accessible à tous (12 ans et +);
– La thématique de science-fiction Cyberpunk très présente;
– Les mécaniques de jeu très diversifiées;
Le fait que le jeu est fluide et qu’il se joue bien.

On aime moins :
– Le manque d’interaction entre les joueurs ;
– Le fait que certaines factions sont plus faciles à jouer, donc plus facile à gagner une partie.



Il est à noter :
– Il y a un erratum concernant les cartes des Hôteliers. Il y a 2 cartes supplémentaires d’une forme et il en manque 2 pour une autre forme. Heureusement, on peut biffer une partie des cartes supplémentaires. Sinon, l’éditeur devrait être en mesure de fournir des cartes de remplacement.

9/10

Merci à notre partenaire de nous avoir offert
une copie du jeu pour cette chronique.

Nous vous invitons à découvrir d’autres jeux de ce distributeur
en lisant notre chronique sur le jeu Kardashev Scale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X