Monki, avis et chronique de jeu

Monki est le petit dernier de la gamme des jeux pour 2 joueurs de l’éditeur The Flying Games. Cette fois-ci, vous aurez 1 figurine chacun représentant un orang-outan et vous allez explorer la mécanique de collection et de stop ou encore.

Monki
Auteurs: Antoni Guillen et Jean Pineau

Illustratrice: Camille Chaussy;
Éditeur: The Flying Games;
Distributeur: Asmodee;
Nombre de joueurs: 2 joueurs;
Durée: 15 minutes;
À partir de: 7+;
Thématiques : Orang-outan, temples, fruits, statues;
Mécaniques : Jeu déplacement sur la grille, de stop ou encore et de collection.

C’est quoi le but?

Monki est un jeu de stop ou encore dans lequel vous allez devoir déplacer votre figurine stratégiquement afin de collecter les fruits situés sur les jarres entourant de celle-ci (orthogonalement). Le but est de parvenir à collecter complètement l’une de ses deux lignes de fruits (soit 8 normaux ou 4 dorés). Attention à ne pas être trop gourmand puisque vous pourriez tout perdre!

Comment on joue?

Une partie je joue à tour de rôle. À son tour un joueur peut réaliser l’une des trois actions :
– Déplacer son Monki;
– Collecter des fruits;
– Passer son tour.


1- Déplacer son Monki: Pour déplacer son Orang-outan, il faut savoir que l’on peut le faire soit en ligne droite ou en diagonale et qu’on ne peut pas se déplacer sur un obstacle ou sur une autre figurine.

2- Collecter des fruits: Il y a deux types de fruits, les colorés (verts et bleus) et les dorés.

Après son déplacement, un joueur peut collecter le ou les fruits situés sur le plateau temple sur lequel il se trouve. Il va devoir retourner un jeton fruit de la jarre entourant sa figurine orthogonalement.

Attention, si un joueur révèle un jeton doré, ce dernier sera immédiatement placé sur la statue associée et ce dernier n’est jamais pris en compte pour le calcul d’un doublon.

Après avoir révélé un fruit, le joueur va décider s’il continue ou non la révélation de jetons.

– S’il décide d’arrêter, le joueur va récolter le fruit et le placer sur son plateau au bon endroit (seulement si le fruit n’est pas déjà placé sur son plateau, autrement il sera placé sur l’emplacement de la statue associé).

– S’il décide de continuer, il peut retourner un autre jeton jusqu’à ce qu’il décide de s’arrêter ou bien qu’il révèle un jeton fruit identique à un autre déjà révélé (2 bananes). Le tour du joueur s’arrête immédiatement et il va devoir placer les jetons révélés aux endroits appropriez des plateaux statues (il y a 4 statues).

Puisque les fruits dorés se trouvent sur les plateaux statut, un joueur peut décider de collecter des fruits d’une autre manière qu’en retournant des jetons sur les jarres des temples. En effet, pour collecter un fruit doré, un joueur va devoir effectuer l’action de collecter un fruit doré.

Pour le collecter, il faut déplacer sa figurine sur le plateau de la statue associée. Ensuite, il faut retourner l’un de ces jetons Rubis représentant le fruit qu’il désire récupérer. En retournant le jeton du fruit, le joueur peut récupérer le jeton correspondant doré, ainsi que les jetons de couleur qu’il n’a pas encore sur son plateau correspondant aux mêmes fruits.

À la fin de l’une ou de l’autre des 2 collectes possibles, les jetons fruits qu’un joueur ne peut pas placer sur son plateau puisqu’il les a déjà en sa possession vont devoir être placés sur les emplacements des statues associés.

3- Passer son tour: Un joueur peut décider de passer son tour et ne rien faire comme action. Par contre, il va retourner tous ces jetons Rubis ayant été utilisés pour qu’il soit à nouveau disponible.

Le jeu se termine comment?

La partie prend fin immédiatement dans l’une des situations suivantes:

– Lorsqu’un joueur parvient à collecter les 8 fruits différents sur la ligne de son plateau;
– Lorsqu’un joueur parvient à collecter les 4 fruits dorés sur la ligne de son plateau.

Ce joueur devient le roi puisse qu’il vient de remporter la partie!

Ce que j’en pense?

Je ne peux pas vous cacher que je suis une grande admiratrice de cet éditeur depuis le tout début. J’avais donc très hâte d’essayer le nouveau jeu Monki et il est selon moi, le plus accessible dans la gamme de jeux pour deux joueurs de cet éditeur.

Les règles du jeu sont très simples à expliquer et rapides à prendre en main (comme c’est toujours le cas pour leurs jeux). J’aime beaucoup les exemples visuels présents dans le livret de règles et en un rien de temps vous serez prêt à y jouer puisque la mise en place se fait rapidement.

Le matériel est époustouflant. Comme à l’habitude le travail d’illustrations de Camille Chaussy est sublime! Les figurines sont mignonnes et pour la première fois, il n’y a que deux figurines dans cette gamme de jeux. C’est la première chose que mon fils a remarqué lors de l’ouverture de la boîte, mais puisqu’il adore les singes (il possède un toutou orang-outan) il n’en a pas fait de cas et s’est exclamé rapidement sur la beauté de celles-ci. Il en a nommé une Kévin et l’autre Dunston comme son toutou. L’univers du jeu est coloré, attirant et je vous assure qu’il va certainement plaire au plus jeunes.

J’aime beaucoup la mécanique de stop ou encore présente dans ce jeu. Celle-ci n’avait pas encore été utilisée dans les précédents jeux de cette gamme et je trouve qu’il s’agit d’un très bel ajout pour compléter cette gamme de jeux.

Monki combine bien le hasard, le volet de course et de stratégies pour y parvenir. Il propose des parties rapides et vous pouvez y jouer en toutes circonstances. Une partie dure en moyenne entre 5 et 10 minutes. Ce qui vous permet facilement d’en enchaîner quelques-unes sans problème. De plus, puisque la mise en place se fait relativement très bien (il vous suffit de mélanger tous les jetons et de les placer en pile de trois sur les emplacements prévus des plateaux temples et statues, vous pouvez réellement jouer plusieurs parties dans une même heure de jeu.

La rejouabilité est donc très bonne dans ce jeu puisque vous pouvez placer les tuiles de temples aléatoirement et même changer de configuration pour le placement de celles-ci. Ce qui propose un renouvellement dans les déplacements des figurines et c’est très chouette.

Je trouve également que la notion du stop ou encore est très intéressante d’un point de vue éducatif. En effet, on apprend à l’enfant à gérer ses émotions lorsque lorsqu’il révèle 2 fruits identiques et que son tour doit s’arrêter. Après quelques fois, et quelques petites frustrations, il va acquérir des stratégies différentes pour savoirs quand il vaut mieux s’arrêter de collecter et comment obtenir les différents fruits sur les plateaux de différentes façons en développant sa stratégie et en observant bien le déroulement de la partie.

J’aime particulièrement les quatre plateaux des statuts qui nous permettent d’interagir avec les autres joueurs durant la partie. Encore une fois on vient ajouter un volet stratégique intéressant puisque l’on peut tenter de bloquer l’autre joueur en allant collecter un fruit convoité avant lui (si nous en avons besoin) ou bien en bloquant celui-ci dans son prochain déplacement.

En terminant, Monki se joue à deux joueurs, mais vous pouvez y jouer avec des enfants d’âges différents sans problème. Toutefois, il faut aimer les jeux dans lesquels il faut pousser sa chance et le hasard relié à la pige des jetons. Très souvent notre gourmandise va nous exploser au visage et certains enfants pourraient trouver cela très frustrant. Toutefois, il s’agit d’un jeu parfait pour apprendre à perdre et à gagner, mais surtout à persévérer et savoir quand s’arrêter et je le recommande sans hésitation.

Bref, si vous recherchez un jeu pour deux joueurs accessibles, simple, malin et coloré, alors Monki est le jeu stimulant et permettant d’initier les enfants à la mécanique de Stop ou encore.

On aime:
– Le look de la boîte et illustration de Camille Chaussy qui sont vraiment très mignonnes;
– Les règles du jeu faciles à expliquer et à prendre en main;
– Le matériel de qualité (carton épais et figurines magnifiques);
– L’ambiance de jeu tendue, sournoise et amicale;
– Un jeu accessible à tous et aux jeunes familles (pour 2 joueurs);
– L’interaction entre les joueurs en raison des déplacements des figurines et des jetons situés sur les statues;
– La thématique vraiment jolie qui plait aux enfants (possibilité pour des enfants d’âges différents de jouer ensemble);
– Les mécaniques de stop ou encore, de collection et de déplacements qui fonctionnent très bien;
– Le jeu est fluide, les parties sont rapides et s’enchaînent (moins de 10 minutes par partie);
– La re jouabilité en raison du placement aléatoire et de la configuration différentes des plateaux modulables des temples;
– Le côté stratégique à la fois très malin et tactique;
– Le jeu est portatif, il se met en place rapidement et prend peu de place sur une table;
– L’anticipation des mouvements de l’adversaire et surtout pouvoir bloquer l’autre joueur.

On aime moins:
Rien du tout.


Il est à noter:
Il faut aimer les jeux de pousse ta chance (stop ou encore) pour apprécier pleinement ce petit jeu. De plus, le hasard relié à la pige des jetons pourrait déplaire à certains joueurs, mais bon, c’est le but du jeu de savoir quand s’arrêter et surtout ne pas être trop gourmand. L’enfant peut être frustré s’il perd plusieurs parties de suite et perdre sa motivation, mais il faut miser sur la persévérance et d’apprendre à perdre et à gagner.

10/10

Merci à notre partenaire Asmodee et The Flying Games de nous avoir offert une copie du jeu pour cette chronique.

Nous vous invitons à découvrir Grandbois un autre jeu de cet éditeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X