The Few and Cursed, avis et chronique du jeu

On dirait un jeu sorti tout droit d’une bande dessinée! Et bien vous ne rêvez pas, c’est bien le cas!

En fait, The Few and Cursed, à la base, est une bande dessinée créée et écrite par Felipe Cagno et dessinée par Fabiano Neves qui a inspiré la création du jeu de société du même nom.

L’histoire se déroule dans un western post apocalyptique en 1910 où la majorité de l’eau est disparue depuis 70 ans. Sans eau, la civilisation a cessé de progresser et est resté presque telle quelle… à l’exception des monstres, de la magie noire et des malédictions qui sont apparues soudainement. À partir de là, des chasseurs de malédictions sont aussi arrivés en ville pour donner une chance à l’humanité de s’en sortir.

La plus connue d’entre eux se nomme Redhead que vous aurez la chance d’incarner en jouant à The Few and Cursed en solo ou avec vos amis qui ne seront pas en reste. En effet, d’autres chasseurs ou chasseuses de malédictions pourront se joindre à Redhead pour tenter de devenir le meilleur Chasseur de malédictions du désert de l’Océan pacifique.

The Few and Cursed
Auteur: Mike Gnade;
Éditeur: Rock Manor Games;
Nombre de joueurs: 1 à 4 joueurs;
Durée: entre 60 et 120 minutes;
À partir de: 14+;
Thématique : Un Deckbuilding d’aventure qui se déroule sur une Terre post-apocalyptique où la majorité des réserves d’eau ont disparu 70 ans plus tôt;
Mécanique : Deckbuilding, sélections d’actions, génération d’événements, chasse aux monstres et hors-la-loi, collecte d’artefacts mystérieux et réalisation de boulots divers pour récupérer de la renommée (points de victoire).

C’est quoi le but?

The Few and Cursed est un jeu dans lequel vous incarnerez des chasseurs de malédictions afin de récupérer du cran et de la renommée ou, en d’autres termes, simplement des points de victoire. Pour gagner des points de victoires, vous pourrez éliminer des hors-la-loi, résoudre des rencontres exceptionnelles avec des étrangers, voler les autres joueurs, trouver des artefacts puissants ou réaliser différents boulots. Avec autant de possibilités, comment faire un choix? Eh bien, c’est là la beauté de ce jeu, vous êtes libre de choisir la meilleure voie qui vous plaira, et finalement que le meilleur chasseur de malédictions gagne!

Chasser des hors-la-loi, pfff!, j’en mange quatre pour le petit-déjeuner!

En fait peut-être pas ce type de hors-la-loi, car vous le constaterez, certains d’entre d’eux sont loin d’être comme les autres. En fait, vous trouverez également quatre monstres sanguinaires qui seront très difficiles à vaincre si vous n’avez pas cumulé suffisamment d’équipements ou de cartes puissantes tels des artefacts dans votre deck de cartes. Je vous les présente à l’instant de la gauche vers la droite (Corbeau Alpha, Démon blanc, Wendigo et Tsilkali).

Comment on joue?

Une partie se déroule en plusieurs manches, chacune décomposée en quatre phases résolues dans l’ordre suivant :

1- Phase d’Improvisation : Chaque joueur pige deux cartes du paquet Amélioration. En ajoute une à sa main et défausse l’autre. C’est l’étape où vous améliorez votre deck.

2- Phase de Rencontre : Lorsque vous débutez cette phase à San Andreas (ville centrale d’où vous démarrez la partie), vous pourrez soit échanger au Magasin de l’eau contre des équipements, des balles et des augmentations de capacités ou chercher des boulots qui vous permettront de gagner des points de victoires et de l’eau. Tandis qu’à l’extérieur de San Andreas, vous pourrez faire une rencontre qui vous octroiera des bonus ou des malus en fonction de l’endroit où vous vous trouvez (désert, ruine, canyon ou lieu maudit).

3- Phase d’Action : Les chasseurs de malédictions utilisent des cartes pour générer des ressources qui leur permettront de se déplacer sur le plateau de jeu et réaliser l’une des actions suivantes :

Gagner une prime en éliminant un hors-la-loi, trouver un artefact, voler un autre joueur, faire une nouvelle rencontre, faire un camp dans un désert, un canyon, une ruine ou un lieu maudit ou simplement faire une action spéciale propre à chaque personnage.

Tout au long de la partie, vos choix auront un impact sur votre état physique et vos capacités. Mais de quoi il parle?

Ok! Ok! Je m’explique. Être un chasseur de Malédictions vous imposera de gérer votre propre niveau de Malédiction. En fait, si vous atteignez votre seuil de Malédiction, vous deviendrez instantanément maudit. C’est-à-dire, que vous vous transformerez en autre chose simplement en retournant votre carte personnage. En conséquence, vos capacités seront modifiées et si vous continuez à accumuler de la malédiction, vous perdrez des points de vie. Ne vous inquiétez pas, vous aurez bien sûr l’occasion de vous repentir en cours de route pour redevenir normal.

4- Phase d’Entretien : Les cartes utilisées ou que vous ne désirez plus conserver sont défaussées. Vous piochez des cartes jusqu’à en avoir quatre. Si vous n’avez plus suffisamment de cartes à piocher, vous devez retourner à San Andreas. Ensuite, les monstres qui seront sortis de leur cachette se déplacent vers San Andreas et vous êtes prêt pour une nouvelle manche, à moins que …

La partie se termine lorsque survient l’un des événements suivants :
– Un des monstres a réussi à pénétrer dans San Andreas;
– Tous les artefacts ont été découverts;
– Trois monstres ont été éliminés. 

Ce que j’en pense?

Tout d’abord, il faut savoir que ce jeu s’inspire à la base d’une série de bandes dessinées que je n’ai pas eu la chance de lire en entier. En fait, j’ai seulement lu le premier numéro qui m’a plu immédiatement. Ce premier numéro m’a donné le goût d’en savoir davantage sur cet univers fantastique.

Le jeu The Few and Cursed permet non seulement d’incarner l’héroïne principale de la bande dessinée Redhead, mais aussi d’autres chasseurs de malédictions qui ont chacun un deck de cartes, des caractéristiques et des pouvoirs différents. Ce côté asymétrique est très attirant, car non seulement il vous procure la sensation d’être unique, mais il vous offre surtout la possibilité de vivre une expérience de jeu différente à chaque fois. De plus, les actions possibles à chaque tour sont nombreuses et variées donc il est possible de créer sa propre histoire et d’emprunter différents chemins pour remporter la partie.  

Que serait une histoire sans péripétie! En fait, dans The Few and Cursed vous serait servi, car à chaque tour il est possible de faire des rencontres. Celles-ci se traduisent par un texte d’ambiance qui offre souvent la possibilité de faire des choix qui influenceront votre stratégie. Cet aspect du jeu contribue énormément à l’ambiance et apporte un côté immersif indéniable.

Un autre aspect digne de mention est que votre personnage peut devenir maudit et que cela a un effet direct sur vos capacités. J’adore cette mécanique qui offre des possibilités stratégiques supplémentaires qui peuvent faire toute la différence à certains moments clés dans la partie. D’autant plus que chaque personnage se transforme d’une façon différente donc il y a aussi cet effet de surprise quand on découvre leur côté maudit unique.

Du côté du matériel, je dois dire que la qualité est au rendez-vous! Les illustrations sont absolument magnifiques, les miniatures sont de bonnes qualité et d’un format respectable pour pouvoir admirer les détails. Mon seul bémol quant au matériel réside dans le fait que les icônes sur le plateau principal et le texte sur les cartes auraient pu être plus gros pour améliorer l’expérience de jeu. Le plateau réversible jour/nuit mérite d’être souligné même si j’ai préféré de loin le côté jour qui est plus lisible.

Un dernier élément qui pourrait déplaire à certain, est que lors de la phase d’actions, il n’y a pas de système prévu pour tenir le décompte des ressources non utilisées entre nos déplacements et l’action que l’on désire réaliser. Ainsi, il faut demeurer vigilant pour ne pas faire d’erreur en utilisant une ressource déjà utilisée.

Finalement, je recommande fortement ce jeu à tous ceux qui apprécient les jeux asymétriques où vous pouvez choisir une stratégie différente à chaque partie pour créer votre propre histoire. À mon avis, The Few and Cursed offre une expérience de jeu très intéressante remplie de rebondissements dans un univers fantastique et unique!

On aime :
– les illustrations sur la boîte sont tout simplement sublimes;
– les règles sont claires et concises;
– le matériel de qualité (les illustrations fantastiques et les miniatures détaillées);
– la grande re jouabilité du jeu qui s’explique par la possibilité de créer sa propre histoire à chaque partie;

– les personnages asymétriques qui possèdent un deck de cartes, des caractéristiques et des pouvoirs différents;
– la possibilité de transformer nos capacités en cours de partie en devenant maudit;
– des rencontres qui offrent des choix déterminants sur votre stratégie;

– la quantité importante d’actions et de stratégies possibles;
– une immersion garantie dans un univers unique qui séduit par ses personnages hauts en couleur;

– un jeu dynamique, car il y a très peu de temps mort entre chaque tour.

On aime moins :
– les icônes sur le plateau principal et le texte sur les cartes auraient pu être plus gros pour améliorer l’expérience de jeu;
– le système de création et d’utilisation des ressources qui nécessitent de garder en mémoire le décompte des ressources disponibles.

On aurait aimé:
– un aide-mémoire ou des jetons pour tenir le décompte de nos ressources disponibles à chaque tour.

8,5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X