À la découverte de Coatl et de l’éditeur Synapses Games!

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous partager une entrevue que j’ai réalisée avec Carl Brière qui est le fondateur de la maison d’édition québécoise Synapses Games.

– Bonjour Carl! Merci d’avoir accepté de répondre à mes questions!

– Ça me fait plaisir de répondre à tes questions!

Pour mettre les lecteurs en contexte, tu as fondé Synapses Games en 2018. Cependant, ton nom n’est pas inconnu dans le milieu ludique. En effet, tu cumules plus d’une décennie en expérience internationale dans le domaine des « affaires du jeu».

Parle-nous de ton rêve de fonder Synapses Games, comment en es-tu arrivé à créer ta propre maison d’édition?

– Oh! Excellente question. En fait depuis la jeune vingtaine je rêvais d’avoir ma propre compagnie. Je voulais construire quelque chose à moi. Un objectif de vie dont je serais fier. Par contre, je ne savais pas dans quel domaine et comment faire. J’ai étudié dans la santé et non dans les affaires. Je n’étais donc pas en voie de réaliser ce projet de vie.

Avec les années, j’ai vécu un changement de carrière drastique. Après une dizaine d’années à travailler dans le milieu pharmaceutique, j’ai dû changer de branche. Dommages collatéraux de la crise économique de 2008-2009. Je suis donc retourné aux études en santé et j’ai commencé à travailler dans un entrepôt près de chez moi.

C’est à ce moment que je suis arrivé dans le monde du jeu de société. L’entrepôt en question était celui de Filofosia. À l’époque, il s’agissait de l’éditeur francophone de Catane, Pandémie et plusieurs autres grands jeux modernes. J’ai donc découvert une nouvelle avenue professionnelle dans un nouveau domaine. Au fil des années, j’ai beaucoup appris et évolué dans le domaine. Après avoir travaillé quelques années dans les jeux de société, mon projet de vie d’avoir ma compagnie revenait à la charge. Cette fois-ci, je savais dans quel domaine. Après quelques années de réflexions et de préparation, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis lancé dans cette folle aventure que j’adore!

Wow! Tu as un parcours vraiment intéressant! Nous te suivons depuis le tout début et le studio développe et édite des jeux de sociétés à grands publics et familiaux tels que : Crazy Tower, Incubation et Coatl. Les jeux sont tous très colorés et on peut ressentir une connexion entre chacun des projets.

Peux-tu nous dire comment tu sélectionnes les jeux que tu vas éditer?

– Tout d’abord, ça doit être un coup de cœur. Si tu as besoin de me convaincre, probablement que ce n’est pas un bon choix pour moi. En revanche, ça ne veut pas dire que ce n’est pas un bon jeu. C’est tout simplement que je ne suis pas celui qui serait le mieux placé pour croire en ce projet et le pousser au maximum de mes capacités.

Je dois donc aimer le jeu! Éditer un jeu est un travail, mais je dois avoir le goût d’y jouer, de le développer puis d’y investir temps, argent et tripes! Par exemple, lorsque j’ai rencontré les auteurs du jeu Coalt et après y avoir joué, je leur proposais d’éditer le jeu.

Oui, c’est vrai, tu m’en avais déjà parlé! Il faut donc avoir un coup de cœur pour un projet pour être en mesure de l’éditer.

Est-ce que tu as d’autres critères qui motivent ton choix d’éditer ou non un jeu?

– Oui, j’aime les règles simples, efficaces et offrant une belle profondeur ludique. J’aime également qu’il y ait de l’interaction entre les joueurs. Des moments forts dans le jeu. Comme pour Crazy Tower. Idéalement, je cherche des jeux que je peux jouer avec pratiquement n’importe qui, peu importe son niveau de connaissance ludique. Même un MATCH 5 a le potentiel de rejoindre le joueur alpha, car dans son entourage, il pourra vivre sa passion du jeu avec des non-joueurs.

Oui! Match 5 sera également votre prochain jeu à paraître au printemps 2021. Nous aurons le plaisir d’en parler plus longuement prochainement. Pour ceux et celles qui aimeraient avoir plus de détails concernant ce nouveau jeu, vous pouvez jouer avec la version Share n’ Play en cliquant ICI.

Plusieurs se demandent souvent pourquoi avoir choisi le mot synapses ?

– Comme je le mentionnais un peu plus tôt, je viens du milieu de la recherche et j’ai étudié en santé. Dans le corps humain, une synapse sert à créer des connexions dans le cerveau. Les jeux créent des connexions entre les joueurs. De plus, les petits bonhommes bleus du logo sont une représentation de synapses. Une grande et une petite, car nous offrons des jeux familiaux.

C’est vraiment une chouette idée de nom et j’aime la réflexion qui se cache derrière le nom de Synapses Games!

Nous savons que l’histoire de Coatl a commencé bien avant votre rencontre. Nous avions suivi de très près le parcours de ce magnifique jeu qui était avant tout un prototype créé par un couple de Québécois très sympathiques Pascale Brassard et Étienne Dubois Roy.

Peux-tu nous parler de votre rencontre?

– Comme je le mentionnais plus haut, j’ai eu un coup de cœur pour le jeu Coatl. Notre rencontre a eu lieu au début du mois de mars 2019. C’était au cours d’un événement qui avait lieu à La Récréation (un café ludique) de Montréal. Il s’agissait d’un événement de prototypes de jeux, et les auteurs y participaient pour présenter leur jeu Coatl. J’étais donc sur place pour rencontrer des auteurs et voir différents prototypes

Je comprends, donc le déclic s’est fait instantanément?

Oui! Je me souviens exactement ce que j’ai dit lorsque j’ai vu le prototype de Coatl

– C’est certain que je veux essayer ce jeu-là aujourd’hui!

– Dès que j’ai vu les pièces et la mécanique, j’ai tout de suite été intrigué! Je me souviens qu’en jouant à peine quelques tours, je voulais éditer ce jeu avec Synapses Games. Je n’ai sûrement pas gagné la partie, mais la journée même j’ai proposé aux auteurs d’éditer Coatl.

Quelle chance pour vous tous de vous être rencontré lors de cet événement! C’est vraiment super de pouvoir offrir ce genre de visibilité aux créateurs d’ici. C’est un sujet qui me tient réellement à cœur et j’aime beaucoup aider et offrir une visibilité aux différents projets créés par les gens d’ici. C’est vraiment très impressionnant toutes les belles idées que nous avons au Québec.

Je dois dire que nous en savons très peu en ce qui concerne le processus d’édition d’un jeu.

Alors, une fois que tu as trouvé un projet sur lequel travailler avec des auteurs, comment est-ce que ça se passe?

– Pour la suite des choses avec le jeu Coatl, j’ai eu énormément de plaisir à travailler avec Pascale et Étienne afin de rendre le jeu encore plus accessible à tous. Après quelques mois, le matériel était déterminé à 98% et nous commencions la direction artistique. Les auteurs avaient fait énormément de recherches sur les Aztèques, ce qui aida énormément et nous avons continué dans la même voie pour tenter de respecter la thématique au maximum.

Nous avons également trouvé une illustratrice qui s’est donnée à fond dans le projet. Il y avait tellement de détails et nous voulions que le jeu provoque un effet wow!

En effet, on ne peut pas passer sous silence le travail remarquable qu’a fait l’illustratrice Silly Jellie. Chaque image du jeu Coatl est magnifique. On y voit toutes les heures de travail et d’amour mis sur ce jeu.

Peux-tu nous parler des différentes étapes de progression lors de l’édition d’un jeu?

– Dès que les différents éléments visuels progressaient, je les présentais aux auteurs, afin d’avoir leurs commentaires. Je voulais m’assurer que les poses, les couleurs, les habits soient respectés.

Le plus gros défi a été la couverture de la boîte de jeu. Elle a l’air simple, mais il y a eu tellement d’aller-retour.

– quoi mettre?
– dans quelle dimension?
– devrions-nous inclure les dieux ou le temple?

Nous voulions y voir du mouvement, des couleurs tout en permettant aux illustrations de raconter leurs histoires.

La boîte est vraiment magnifique, on la remarque tout de suite!

Il y a dû y avoir beaucoup de recherche à propos des Aztèques?

– Il y a eu effectivement beaucoup de recherche. Les auteurs, Pascale et Étienne en avaient déjà fait énormément. Par la suite, l’équipe Synapses a dû en faire beaucoup pour s’assurer de respecter la culture aztèque puisqu’il y a beaucoup de confusion culturelle entre les Aztèques et les Mayas et nous voulions éviter ça.

Lorsque nous avons choisi l’illustratrice, nous lui avons expliqué l’importance de bien respecter plusieurs aspects, comme les couleurs, les postures, les vêtements. Même dans le choix des matériaux, nous avons été très sélectifs. Par exemple, pour les sacs, nous avons choisi un textile similaire à un textile typique mexicain.

C’est dans ce moment-là que nous pouvons constater la puissance des petits détails!

Il est donc vrai de dire que tout le monde a travaillé sans relâche durant 18 mois?

– Oh oui! Pendant ce temps, les auteurs finalisaient la version solo. Il fallait aussi déterminer quelle mécanique utiliser et si nous devions ajouter des paliers de difficultés. Les auteurs ont donc dû faire énormément de tests afin d’arriver à la meilleure expérience de jeu possible.

Encore aujourd’hui, quand je regarde mes pointages de parties solos, je me demande comment Étienne a pu faire des pointages si impressionnants. Il a clairement compris bien mieux que moi comment maximiser ses modèles!

Il n’y a pas mieux que l’auteur lui-même pour établir les meilleurs pointages! Bref, je comprends qu’éditer un jeu de société représente un travail de titan! On ne s’en rend pas compte, mais il y a des milliers d’heures de travail dans un tel projet.

Il aura fallu 18 mois (après la signature du jeu) pour obtenir le jeu Coatl dans la version que nous allons vous présenter dans notre chronique prévue pour le 24 septembre prochain.

D’ici là, je tenais à tous vous féliciter pour votre beau travail. C’est vraiment très impressionnant! Merci encore de nous avoir permis de découvrir la 8e merveille du monde!

Pour tous ceux qui se posent la question concernant la sortie du jeu, sachez que Coatl sera disponible en boutique à compter du 25 septembre 2020 au Canada puis à compter du 2 octobre 2020 en France.

D’ici à sa sortie, Coatl est présentement disponible gratuitement sur la plateforme Tabletopia, vous pouvez l’essayer en cliquant ICI.

Fun facts à propos de Coatl :
– le jeu est issu d’une conception entièrement québécoise;
– il sera distribué par Asmodee Canada dans de nombreux pays et sur les 4 continents;
– En 2019, Coatl a gagné le prix Le Plateau d’or, meilleur prototype de l’année;
– En 2019 le jeu est sélectionné pour être sur la croisière Captain Meeple de Bruno Cathala;
– Au printemps 2020, Coatl se retrouve sur la liste des jeux les plus attendus de 2020 sur BGG dans les catégories : jeu abstrait et jeu famille.
– Les prochains jeux de Synapses Games sont: Match 5 (printemps 2021) et Fous à lier (automne 2021).

2 Commentaires sur “À la découverte de Coatl et de l’éditeur Synapses Games!

  1. Stew says:

    Excellente entrevue! Le parcours de Carl Brière est inspirant et donnera certainement le goût à d’autres québécois talentueux de se lancer dans la création de jeux de société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X